Un plan de lutte contre la radicalisation violente et les filières terroristes

24 Mar 2015 16:51 #19591

Message adressé par la préfecture entre autre aux associations.

Mesdames, Messieurs,

Un plan de lutte contre la radicalisation violente et les filières terroristes a été arrêté en avril 2014.

Dans ce cadre, un numéro national d'assistance et d'orientation a été mis en place à cette même période.
Il permet aux familles, aux proches et aux acteurs locaux en contact avec celles-ci et les jeunes concernés de signaler des situations inquiétantes et de bénéficier d'une écoute et de conseils (sans vouloir stigmatiser une partie de la population, la radicalisation violente concerne en effet, essentiellement des jeunes, filles et garçons, adolescents et jeunes majeurs, public en quête d'identité et de sens, fragile et influençable) .

Ce numéro : 0800 005 696 est accessible du lundi au vendredi de 9 à 17 heures.
Le dispositif est complété par une page web accessible depuis le site internet du ministère de l'intérieur (24/24) : stop-djihadisme.gouv.fr

Les personnes qui répondent sur cette plate-forme d'appels ont reçu une formation spécifique qui leur permet, à partir des échanges et d'indicateurs, de déterminer la dangerosité des faits énoncés. Les situations qui relèvent d'un suivi psycho-social sont ensuite redirigée vers la cellule de suivi pour la prévention de la radicalisation et l'accompagnement des familles mise en place par le Préfet sur le département.

Cette cellule, présidée par le préfet délégué pour l'égalité des chances, est composée outre un représentant du Parquet et un magistrat du siège, des différents services de l’État compétent en la matière (Education Nationale, ARS, PJJ, Administration Pénitentiaire, DDCS et Conseil général et services préfectoraux).
Elle a un double objectif, préventif et curatif. Les signalements permettent d'intervenir en amont afin d'éviter, autant que faire ce peut, l'embrigadement dans des filières djihadistes et des départs éventuels vers des zones de conflit, notamment la Syrie. Ils permettent par ailleurs, lorsque les familles contactées en sont d'accord, de leur apporter un soutien et un accompagnement par le biais de structures associatives identifiées (soutien à la parentalité, prise en charge ethno-psy...).

Le réseau associatif local peut également être un partenaire de poids dans ce dispositif et sur lequel il conviendra sans doute de s'appuyer. A cette fin je demande aux délégués du préfet de bien vouloir transmettre les affichettes et plaquettes d'information ci-jointes auprès des associations de quartiers. Je demande par ailleurs à tous, à un niveau local, de me faire connaitre les associations qui seraient à même d'intervenir directement auprès des familles et des jeunes concernés par cette problématique.

Je compte sur votre mobilisation.


Bien cordialement,

La préfecture


Adhérent(e) MVD 2018

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Petitnad
Temps de génération de la page : 0.207 secondes
Propulsé par Kunena